[BO / Fusion / Rap Metal] Judgment night (1993) + maxi 4 titres [MP3-320]

Téléchargement & Détails

Téléchargement Anonyme

Nous vous recommandons fortement l'utilisation d'un VPN pour télécharger vos torrents en toute sécurité & anonymat :

Accéder au VPN Trust.zone
Télécharger Télécharger le torrent
Seeders 4 Leechers 0 Complétés 31
Informations Voir les informations
Fichiers 22 - Voir les fichiers

Présentation

Ajouter à mes favoris Voir le NFO Signaler

Judgment night (1993)
Bande Originale de "la nuit du jugement"
+ Bonus remix


Petit lag à 2 mn 10 sur le 1er morceaux du maxi

MP3 (320 Kbs)
posté aussi en FLAC (16 bit)

18030705452717029315600756.jpg

18030705452817029315600757.jpg

Ws5lJ8Y.jpg

1993, à cette époque là, le rock “dur” n’avait officiellement rencontré le rap qu’à 2 reprises, le temps d’un titre seulement avec Aeromisth & Run DMC pour Walk This Way et Anthrax & Public Enemy pour Bring The Noise (tiens tiens ça me dit quelque chose ça). De leur côté, certains groupes comme Body Count, H-Blockx ou Urban Dance Squad tentent le mélange en suivant différentes approches. C’est précisément ce moment là que choisi Happy Walters, génial patron du label Immortal Records (auquel on doit les découvertes de KoRn et Incubus entre autres), pour sortir une bande originale de film au concept révolutionnaire, n’ayons pas peur des mots.
L’idée pourtant simple (et aujourd’hui classique) de faire se rencontrer groupes de rock et groupes de rap n’est pas facile à mettre en œuvre car le fossé entre les 2 styles n’est pas facile à faire franchir aux puristes, quelle que soit leur préférence musicale. D’autre part, réunir une telle brochette d’artistes aux styles aussi variés et les faire bosser ensemble n’est pas une mince affaire. Qu’importe, le film Judgement Night servira de test pour cette BO hors du commun.

Le film, un thriller racontant l’historie d’une bande d’amis allant voir un match de boxe et se perdant sur le chemin de la salle, sort donc dans l’indifférence quasi générale. A l’inverse de la BO qui, elle, est encensée par la critique… et pour cause : elle ne réunit que du beau linge !
Au-delà des compos toutes plus géniales les unes que les autres, tout ce petit monde réussit la performance de travailler avec celui qui correspondait le mieux à sa musique et/ou à son état d’esprit mais en plus, ils trouvent à chaque fois le petit truc qui fait qu’ils sont tous en parfaite adéquation musicale. Le rap agressif d’Ice-T se marie donc parfaitement avec les tempos brutaux et les solos supersoniques de Slayer et que dire du duo Sonic Youth / Cypress Hill dont on ressort totalement embrumé tellement la chanson parcourt toute une palette d’émotions que l’on peut avoir quand on est défoncé. Ceci dit, le titre évocateur annonçait clairement la couleur.

D’un autre côté, on obtient des rencontres qui sur le papier peuvent sembler incongrue mais dont le résultat est détonnant. Qui aurait pu dire qu’une duo Pearl Jam / Cypress Hill (encore eux) donnerait un titre hiphop bien hardcore avec des guitares électriques qui préfigurent plus ou moins la direction musicale que prendront B-Real et sa bande presque 10 plus tard ?
Toujours dans le registre « ovni » il y a la rencontre entre Helmet, groupe New-Yorkais précurseur et injustement sous-estimé en son temps, et House Of Pain. Le style décalé du premier s’accommode du rap lui aussi décalé du second. Le résultat ? Un titre à la limite du rap et du hardcore, à la ligne de basse très agressive et prononcée qui se finit de manière dans un hiphop plus classique mais terriblement efficace.

La lourde tâche de réaliser la chanson titre est revenue à Onyx et Biohazard. Les 2 voisins (les 2 groupes étant New-Yorkais – Queens et Brooklyn) nous sortent là un des mégahits en puissance de l’album. C’est tout ce que l’on peut attendre d’une telle rencontre, l’influence hiphop de Biohazard est ici décuplée par la présence des rappeurs d’Onyx. Le beat, certes classique et limite prévisible, est d’une efficacité redoutable et l’accompagnement des guitares en fond donne à ce titre la touche ultime qui fait qu’on se prend à rapper en chœurs avec tout le monde sur le refrain, lui aussi classique et prévisible mais dont on ne peut se lasser.

Enfin, il y a un titre que je ne peux passer sous silence : Another Body Murdered, fruit de la coopération entre Faith No More (dois-je vous les présenter ?) et Boo-Yaa Tribe – groupe de gangsta rappers samoans tatoués faisant dans les 160kg chacun. Cette chanson fera l’objet d’un clip et on comprend aisément pourquoi puisqu’on y retrouve tout le génie de Faith No More. L’intro au piano, l’ambiance sombre de la musique, la voix grave et parfaitement maîtrisée de Patton, qui sur les refrains, part dans des cris hallucinants dont lui seul a le secret. Sublime.

Que dire de plus ? Ce disque est un monument ! Que dis-je ? Une institution ! C’est le disque d’une génération, la première rencontre à grande échelle entre 2 genres musicaux qu’a priori tout oppose. Tous ont ici trouvé leur complément idéal.
Judgement Night ouvre une brèche et pose les bases d’une nouvelle direction que prendra le rock dans le courant des 90’s. En un mot : CULTE.


Genre : Fusion / Rap-Metal
Origine : USA principalement

18030705452817029315600758.jpg

les duos :
Helmet & House of pain
Teenage fan club & De la soul
Living colour & Run DMC
Biohazard & Onyx
Slayer & Ice-T
Faith no more & Boo-ya T.R.I.B.E)
Sonic youth & Cypress hill)
Mudhoney & Sir Mix-a-lot
Dinosaur Jr. & Del tha funkee homosapien)
Therapy? & Fatal
Pearl Jam & Cypress hill




bymlFg3.jpg

Critique de l'Album


En 1993 sort dans un certain anonymat le film Judgement Night avec Emilio Estevez, Stephen Dorff et Dennis Leary. Sans vouloir faire de critique cinématographique, ce n'est pas le but du site, le synopsis du film pour faire simple est l'histoire d'une bande de potes qui se trouve au mauvais endroit au mauvais moment. Le film est plutôt bien foutu et une certaine tension est palpable. Et cette B.O est là pour l'illustrer.

Judgment Night est un des premiers disques sortis sur le label Immortal qui deviendra celèbre plus tard en lançant koRn ou Incubus pour les plus connus. Le concept est alors novateur pour l'époque: faire rencontrer deux groupes d'univers musicaux différents le temps d'un morceau. Ici c'est la fusion entre le monde du rock/metal en vogue et des artistes de la scène hip-hop U.S. Et fusion est le meilleur terme pour qualifier cette O.S.T. Le son rock pour la musique, le flow rap pour le chant. On se souvient du Walk This Way d'Aerosmith et de Run D.M.C. . Alors quoi de plus normal que de retrouver les porteurs de Stan Smith sans lacet avec Living Colour, eux-même déjà un groupe précurseur dans son genre. Une forme d'hommage en sorte. Seule formation à apparaitre deux fois, Cypress Hill s'acoquine d'abord avec Sonic Youth où le mariage des samples de DJ Muggs et des sons expérimentaux des New-Yorkais opére à merveille ( I Love You Mary Jane ). De même que la voix de Kim Gordon pour adoucir le flow des Portoricains. La bande à B-Real revient en fin d'album avec Pearl Jam ( Real Thing ). La scène de Seattle étant bien représentée puisque Mudhoney et Dinosaur Jr sont aussi de la partie ( Missing Link ). Ces derniers avec Del The Funky Homosapien, connu plus tard pour être la voix de Russel chez Gorillaz. Tous les featuring sont réussis, allant du feutré Teenage Fanclub/De La Soul ( Fallin ) aux agressifs Slayer/Ice-T ( Disorder ). Et surtout avec Faith No More et les Samoans de Boo-Yaa T.R.I.B.E où Mike Patton s'époumone comme seul lui sait le faire. Another Body Murdered est LE titre du disque.

Un album de mélange de genre totalement réussi de A à Z. Immortal renouvellera l'exercice avec la B.O de Spawn 4 ans plus tard, où cette fois ci le métal ( koRn, Incubus, Silverchair, Metallica ) rencontre la techno ( Crystal Method, Orbital, Atari Teenage Riot, Prodigy ). Copié par d'autres ( B.O de Blade II ), Judgment Night ne sera pas égalée.
Grand disque, grande B.O que celle-çi, l'association de grands groupes de rock, métal et de hip-hop américains, une alchimie parfaite, rien n'est à jeter dans cette compilation. 4 singles en seront tirés et auront droit à un clip vidéo. Cette B.O fut un succès car elle fut une des premières à proposer ce genre de collaborations (les même personnes à l'origine de ce projet renouvelleront l'expérience quelques années plus tard avec groupes métal et électros pour la B.O de Spawn). Mentions spéciales aux collaborations Helmet/House of pain, Slayer/Ice-T (une tuerie) et Biohazard/Onyx.



une petite idée, alors Youtube est votre ami :




YEU1vqt.jpg

Format : MP3 (320 Kbs)
durée totale : 1 h 03 mn 11 s
présence pochette & livret : oui

les titres de l'album :
1. Just another victim (Helmet & House of pain)
2. Fallin (Teenage fan club & De la soul)
3. Me, myself & my microphone (Living colour & Run DMC)
4. Judgment night (Biohazard & Onyx)
5. Disorder (Slayer & Ice-T)
6. Another body murdered ( Faith no more & Boo-ya T.R.I.B.E)
7. I love you Mary Jane (Sonic youth & Cypress hill)
8. Freak momma (Mudhoney & Sir Mix-a-lot)
9. Missing link (Dinosaur Jr. & Del tha funkee homosapien)
10. Come and die (Therapy? & Fatal)
11. Real thing (Pearl Jam & Cypress hill)

bonus :
1. Faith No More & Boo-Yaa Tribe - Another Body Murdered (radio edit)
2. Faith No More & Boo-Yaa Tribe - Another Body Murdered (remix)
3. Helmet & House of Pain - Just Another Victim (T-Ray Devil Workship Mix)
4. Helmet & House of Pain - Just Another Victim (T-Ray Read and Stinking Mix)



4Rl3pip.jpg

Hébergeur : seedbox
Nombre de fichiers : 15

Total du post : 144 Mo



les autres uploads du druide
en cliquant sur le bouton

OIcmKZU.jpg

-----------------------------------------------



17112206375917029315381855.jpg

Commentaires

Derniers commentaires

  • utilisateur

     HYPTOCRIPTO

    130.83Go - 99.79Go

    Ajouté par HYPTOCRIPTO il y a 1 mois

    trop bon dis donc
  • utilisateur

     Retnoid

    1.24To - 738.85Go

    Ajouté par Retnoid il y a 3 mois

    merci pour ce disque, ça rappelle des souvenirs de quand j'étais jeune, au siècle dernier...